Club de Lecture - 27/01/2022

Aller sur la liste des Actualités

Pour cette rentrée d'hiver, nous lirons ensemble deux romans d'exils, deux îles quittées pour le meilleur et pour le pire, racontées par des auteurs caribéens.

En 2000 Dany Laferrière fait paraître son roman auto-fictionnel Le Cri des Oiseaux Fous, inspiré par son propre exil d'Haïti, écrit en hommage à son ami Raymond Gasner, dont la mort a déclenché le départ. Il s'est installé au Québec, où il vit toujours. Une statue récente à son effigie réalisée par Roger Langevin, dans un matériau composite appelé "résilience", s'intitule d'ailleurs L'exil vaut le voyage. Et signifie bien l'état d'esprit de l'écrivain haïtien vis-à-vis de son origine.

En 2021 paraissait en traduction française le roman Poussière dans le vent de Leonardo Padura, auteur Cubain de la même génération que Laferrière, mais qui, s'il raconte aussi des exils, ne s'est lui-même jamais donné cette opportunité, et pour cause, quand on lui demande pourquoi il n'a jamais quitté son île malgré toutes les difficultés :  "La réponse la plus courte, c’est que j’ai besoin de Cuba pour écrire : ma littérature est complètement cubaine. J’ai la nationalité espagnole depuis dix ans, et je pourrais donc vivre en Espagne. Quand on me dit que j’ai une double nationalité, je dis non : j’ai deux citoyennetés, mais ma seule nationalité, c’est Cuba."

Des visions radicalement différentes qui nourrissent nos imaginaires et nos réflexions de leurs complexités et de leurs esthétiques singulières... à discuter ensemble autour d'un petit apéritif participatif.

Ouvert à toutes et tous !

 

Liés à l'actualité